EUROPE

  • CYBERATTAQUE "AERIENNE"

    Easyjet à été victime d'une cyberattaque sophistiquée qui aurait spolié les données de 2200 personnes, dont une part des références des cartes bancaires de celles-ci. Il n'y a pas d'arrêt pour les pirates informatiques qui, d'ailleurs, peuvent profiter de cette siruation chaotique mondiale.

    Lire la suite

  • Libra la monnaie de tous les dangers

    La monnaie virtuelle de FACEBOOK n'est pas la bienvenue en Europe. Cette cryptomonaie "privée" compromettrait la  stabilité, l’intégrité financières des états et éventuellement la protection de la vie privée des consommateurs. Si la conquête de l'espace est ouvert aux sociétés privées, il semblerait que l'espace monétaire leur soit restreint. Avec l' arrivée de l'intelligence artificielle, ce type d'échange monétaire serait certainement un outils puissant pour contrôler des flux financiers mondiaux : les banques mondiales pourraient perdre de leur pouvoir de régulation.

    Il est vrais qu'il n'y a aucune possibilité de juger l'impact réel d'une monnaie de ce genre à travers le monde. Les réseaux sociaux ont, c'est indéniable, une puissance sur l'information et la communication humaine jusque là inégalée. Ils ont déja joués des rôles majeurs dans le déroulement de beaucoup d'actions planétaires. L'évolution humaine elle même, va intégrée ce phénomène sociétal mondial.

     

     

     

     

  • ELECTIONS EUROPEENNES

    Les programmes des candidats sont disponibles sur le site internet du ministère de l'intérieur :

     

    Programme-candidats

     

     

  • 20000 lieux sous les mers

    Internet c'est aussi et surtout, un immense réseau sous-marins de câbles qui sont déposés au fond des océans. Enjeu stratégique : ils sont surveillés militairement.

    L'espionnage, la destruction, les pannes sont en permanence des facteurs qui menace ce vaste réseau sous-marin.

    Par exemple le câble reliant SaintHilaire-de-Riez, France   à Virginia Beach Etats Unis

    Mise en service 2020

    Propriétaire GOOGLE

    La carte du réseaux cablé sous-marin

  • intelligence artificielle et Europe : une éthique

    En 2018, la commission Européeenne à commencé à plancher sur l'intelligence artificielle, son développement, son contrôle, les changements de société qu'elle va impliquer...

    Trois axes ont été retenus :

    - augmenter les investissements publics et privés

    - préparer les changements socio-économiques provoqués par l'IA

    - assurer la mise en place d'un cadre éthique et juridique approprié.

    En ce mois d'avril 2019, une liste de 7 facteurs ont été dégagés sur une éthique de l'intelligence artificielle:

    Sept éléments essentiels pour parvenir à une IA digne de confiance

    Une IA digne de confiance devrait respecter toutes les législations et réglementations applicables ainsi qu'une série d'exigences; des listes d'évaluation spécifiques visent à faciliter la vérification du respect de chacune de ces exigences:

    • Facteur humain et contrôle humain: les systèmes d'IA devraient être les vecteurs de sociétés équitables en se mettant au service de l'humain et des droits fondamentaux, sans restreindre ou dévoyer l'autonomie humaine.
    • Robustesse et sécurité: une IA digne de confiance nécessite des algorithmes suffisamment sûrs, fiables et robustes pour gérer les erreurs ou les incohérences dans toutes les phases du cycle de vie des systèmes d'IA.
    • Respect de la vie privée et gouvernance des donnéesil faut que les citoyens aient la maîtrise totale de leurs données personnelles et que les données les concernant ne soient pas utilisées contre eux à des fins préjudiciables ou discriminatoires.
    • Transparence: la traçabilité des systèmes d'IA doit être assurée.
    • Diversité, non-discrimination et équitéles systèmes d'IA devraient prendre en compte tout l'éventail des capacités, aptitudes et besoins humains, et leur accessibilité devrait être garantie.
    • Bien-être sociétal et environnementalles systèmes d'IA devraient être utilisés pour soutenir des évolutions sociales positives et renforcer la durabilité et la responsabilité écologique.
    • Responsabilisationil convient de mettre en place des mécanismes pour garantir la responsabilité à l'égard des systèmes d'IA et de leurs résultats, et de les soumettre à une obligation de rendre des comptes.

    Sources EU

  • Quand les robots s'en mêlent...

    Directive sur le droit d’auteur dans le Marché Unique du Numérique (“Directive copyright”).

    Le 12 septembre le parlement européens va plancher sur cette fameuse directive controversée. Extrêment compliquée, techniquement et  moralement, ces nouvelles lois , basée sur le filtrage de robots logiciels, tendent, pour une majorité des articles, à allez dans le sens d'une économie pyramidale. Les grosses sociétés et partenaires (GAFA)  pourront maîtriser leurs codes pour encore mieux dominer le marché... Hégémonie quand tu nous tiens !

    Qui l'emportera ? Les usagers d'internet ou les multinationales ?

    Voir :

    "Qwant est une entreprise européenne qui se soucie beaucoup de la protection de la vie privée et de l’importance d’un monde numérique fait par des humains, pour des humains. Mettre notre liberté d’expression dans les mains de robots qui regarderont ce que des êtres humains partagent, et détermineront la légalité de ce qu’ils disent, n’est pas l’Internet que nous voulons pour nos enfants. Donc tout en comprenant le besoin d’une protection efficace du droit d’auteur, nous pensons que le chemin proposé n’est pas celui qu’il faut suivre."

    laquadrature.net

    La Quadrature du Net est une association qui défend nos droits et libertés fondamentales à l'ère du numérique et propose des alternatives pour un internet libre, décentralisé et émancipateur.

    • Les droits de l'Homme dans la société numérique
    • L'accès à un Internet libre et ouvert
    • Le partage de la culture et des connaissances

     

    Fondation Mozilla

    "La loi européenne sur le droit d’auteur entrave l’innovation et la créativité sur Internet. Mozilla se bat pour une réforme."

  • Le droit à l'effacement.

    Le Règlement européen/Général sur la Protection des Données et les demandes d'opposition.

    Le règlement européen sur la protection des données qui entre en vigueur en mai 2018 va modifier les modalités du droit d’opposition qui est prévu à l'article 21 et introduit un droit à "l’effacement" à l'article 17. Ex droit à "l'oubli".

    Une demande d' "effacement de données privées ne sera plus soumise à une quelconque justification de motifs légitimes ou pas. Donc, dès qu’il sera saisi d’une telle demande, l'organisme saisi ne devra plus traiter les données sauf si pour raison  de "motifs légitimes et impérieux ". Ces "motifs légitimes et impérieux" prévalent sur les intérêts et les droits et libertés.... de la personne concerné. Toute  demande devra être traitée « dans les meilleurs délais » : sous 1 mois maximum à compter de la réception de la demande  d'effacement (article 12).