numérique

Sur la futur 4G

  • Par jcgi
  • Le 18/04/2018

En janvier 2018, à été signé un accord dit " historique", entre le gouvernement, l’ARCEP (Autorite regulation des communications electroniques et des postes) et les opérateurs mobiles, pour accélérer la couverture numérique des territoires.

Il concerne les opérateurs -Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free- qui devront :

  • démultiplier le rythme des programmes ciblés d’amélioration de la couverture et, dans ce cadre, construire chacun au moins 5 000 nouveaux sites sur tout le territoire ;
  • généraliser la réception en 4G ce qui implique de l’apporter à plus d’un million de Français sur 10 000 communes ;
  • accélérer la couverture des axes de transport ;
  • généraliser la couverture téléphonique à l’intérieur des bâtiments.

Pour lecture : le communiqué de presse.

Quelques sites d'informations

  • Par jcgi
  • Le 25/03/2018

    La fantasy au quotidien :elbakin.net
    l'actualité en temps réel: francetvinfo.fr
   

vie-publique.fr
    lefaso.net
    lequipe.fr
    macommune.info
    desinfos.com
    lemonde.fr
    herault-tribune.com
    infopresse.com
    telerama.fr
    varmatin.com
    vosgesmatin.fr
    haitilibre.com

Le droit à l'effacement.

  • Par jcgi
  • Le 22/03/2018

Le Règlement européen/Général sur la Protection des Données et les demandes d'opposition.

Le règlement européen sur la protection des données qui entre en vigueur en mai 2018 va modifier les modalités du droit d’opposition qui est prévu à l'article 21 et introduit un droit à "l’effacement" à l'article 17. Ex droit à "l'oubli".

Une demande d' "effacement de données privées ne sera plus soumise à une quelconque justification de motifs légitimes ou pas. Donc, dès qu’il sera saisi d’une telle demande, l'organisme saisi ne devra plus traiter les données sauf si pour raison  de "motifs légitimes et impérieux ". Ces "motifs légitimes et impérieux" prévalent sur les intérêts et les droits et libertés.... de la personne concerné. Toute  demande devra être traitée « dans les meilleurs délais » : sous 1 mois maximum à compter de la réception de la demande  d'effacement (article 12).

Le Conseil National du Numérique : dissout... et c'est pas cher !

  • Par jcgi
  • Le 20/12/2017

Le Conseil national du numérique est chargé d'étudier les questions relatives
 au numérique, en particulier les enjeux et les perspectives de la transition
 numérique de la société, de l'économie, des organisations, de l'action publique
 et des territoires. Il est placé auprès du ministre chargé du numérique.
Dans son champ de compétence, il a pour missions :
1° D'informer et de conseiller le Gouvernement dans l'élaboration, la conduite
 et l'évaluation des politiques et de l'action publiques ;
2° De contribuer à l'élaboration des positions de la France aux niveaux européen
 et international ;
3° De formuler de manière indépendante et de rendre publics des avis et des recommandations.
A cette fin, il organise des concertations régulières, aux niveaux européen, national
et territorial, avec les pouvoirs publics, les élus, les secteurs économique, associatif
 et académique, et la société civile.
Il peut être saisi pour avis par le Premier ministre, par le ministre chargé du numérique
 et, le cas échéant, conjointement avec les autres ministres concernés, ou par la majorité
 de ses membres de toute question entrant dans son champ de compétence. Dans ce cadre, il
 peut se voir confier des missions de prospective, d'expertise, d'étude et de consultation.
Il peut être consulté par le Gouvernement sur tout projet de disposition législative ou
 réglementaire dans le domaine du numérique.


NB : 29 des 30 membres du Conseil ont présenté leur démission le 19 décembre 2017 !

Pourquoi ? :

"Marie Ekeland, et 29 de ses membres ont démissionné mardi pour protester contre la remise en cause, par le gouvernement, de la présence de la militante féministe et antiraciste Rokhaya Diallo et du rappeur Axiom parmi
 les membres de l'instance récemment nommés."